• Le baromètre vélo 2017 de la ville de Tarbes

     

    Vous trouverez ici les résultats de l'enquête de cyclabilité que nous avions menée au printemps 2017. La FUB (Fédération des Usagers de la Bicyclette) organise jusqu'au 30 novembre une enquête nationale sur le même sujet. Si vous ne l'avez pas fait, il est encore temps de répondre. Pour que les résultats concernant la ville de Tarbes apparaissent au niveau national -et soient donc davantage pris en compte- il faut au moins 50 réponses. Il y en avait 48 au dernier décompte. Allez, encore un petit effort !


    votre commentaire
  •  

    Monsieur le Maire,

    Monsieur l'Adjoint au Maire,

     

    Pour faire suite à notre dernière rencontre avec M Escobedo et ses services,

    nous exprimons tout d'abord notre accord pour l'effacement de la bande cyclable non conforme et accidentogène de la rue André Fourcade entre les rues Jean Larcher et Emile Péreire.

    Nous en profitons pour vous remercier de l'effacement du bateau affectant la continuité de la bande cyclable de la rue Achille Jubinal face à l'ancien centre de tri, que nous vous avions demandé à cette occasion. Ce genre de petit aménagement facilitant la vie des cyclistes pourrait être multiplié.

     

    Nous insistons sur l'importance de communiquer sur les panneaux récemment posés de "tourner à droite aux feux" .

    Nous rappelons la demande issue de notre "baromètre" de nouvelles bandes cyclables et d'un schéma directeur assurant la continuité des itinéraires cyclables.

    Dans cette optique, nous souhaiterions être associés en amont aux projets de rénovation de rues, tels que celui de la rue du Corps Franc Pomiès, la promenade du Pradeau, la rue Bruzaud, afin d'évaluer avec vos services les meilleures solutions permettant d''y favoriser l'usage du vélo.

    Ainsi que le rappelle notre fédération FUB : "ce sont les villes qui offrent les itinéraires cyclables les plus continus qui affichent les parts modales vélo les plus élevées".

    Nous entendons également rappeler que le non-respect des règles de stationnement ne peut favoriser le bon usage de tels aménagements (nombreux exemples de stationnements illicites sur les bandes cyclables existantes).

    Dans l'optique de préparation du budget 2018 de la ville, nous avons élaboré, comme il nous a été suggéré, les propositions d'aménagements suivantes :

    Panneaux de tourner-à-droite aux feux :

    Secteur Gespe-Courte Boule :

    -rue Henri Duparc vers bd de Lattre

    -av A Briand vers rue H Duparc

    -av A Briand vers av J Laforgue

    -av J Laforgue vers rue Carnot

    Secteur Clauziers :

    -rue Ampère vers rue du Maquis de Payolle : dans les deux sens (Ouest vers Sud et Est vers Nord)

    Secteur Foirail-Marcadieu :

    -rue du 4 septembre vers rue du Foulon

    -rue du 4 septembre vers rue P Mendès-France

    -place Marcadieu vers rue du Portail d'Avant

    Secteur Martinet :

    -bd du Martinet vers rue A Frogé

    -bd du Martinet vers rue E Ténot

    -bd du Martinet vers rue St Jean

    -rue E Péreire vers rue St Jean

    Secteur Centre ville :

    -rue E Ténot vers rue St Jean

    -rue E Ténot vers rue Deville

    -pl Jean Jaurès vers rue G Clémenceau

    -rue Larrey vers rue de Gonnès

    -rue Larrey vers allées Leclerc

    -av du rgt de Bigorre vers rue Soult

    -cours Reffye vers av du rgt de Bigorre

    -av du rgt de Bigorre vers rue A Mayer

    -rue V Hugo vers rue G Lassalle

    -rue A Jubinal vers av Alsace-Lorraine

    -av Mal Joffre vers rue de Solférino

    -rue de Solférino vers rue Pasteur et av Mal Joffre

    -rue A Breyer vers pl Ste Anne

    -pr du Pradeau vers rue des Cultivateurs

    -ch du Mauhourat vers rue G Dreyt

    -rue A Bergès vers bd J Moulin

    -Secteur route de Pau-Solazur :

    -Bd Mal Juin vers rue du Corps Franc Pomiès

    -Bd Henri IV vers rue du Corps Franc Pomiès

    -Bd Lacaussade vers Bd Henri IV

    -rue F Marquès vers Bd Lacaussade

    -rue F Marquès vers Bd Mal Juin

    Panneaux de continuer tout droit au feu :

    -av du Rgt de Bigorre au croisement de la rue de Cronstadt

    -rue G Lassalle vers rue Despourrins

    Panneau de double sens cyclable :

    -rue Kléber depuis le bd Renaudet

    Sas cyclistes au feu :

    Secteur centre-ville :

    -rue Larrey vers allées Leclerc

    -allées Leclerc vers cours Gambetta

    -rue Saint-Jean vers rue E Péreire

    Secteur Foirail-Marcadieu :

    -carrefour rue du 4 septembre/rue du Foulon/rue du maquis de Payolle

    Secteur Gespe-Courte Boule :

    -rue Henri Duparc vers bd Jean Moulin

    Autres demandes :

    -une bande cyclable rue Foch

    -l'accessibilité vélo de la rue Brauhauban entre la pl J Jaurès et la pl de Verdun

    -la demande d'un itinéraire vélo place du Foirail rénovée (prochaine tranche de travaux 2018 : partie Nord, dont l'angle rue Arago/rue du Foirail où nous avons demandé la pose d'arceaux de sationnement en nombre).

    Rappel de notre lettre du 21 janvier :

    "un véritable parc à vélo situé sur la partie Nord-Ouest de la place, au besoin en supprimant une place de stationnement voiture, et dont nous évaluons la capacité nécessaire à 20 à 30 places.

    Enfin, nous formulons la contre-proposition suivante concernant la circulation des vélos :

    Constatant que La circulation cycliste est particulièrement dangereuse sur la voirie Sud de la place du Foirail avec la présence du terre-plein central et de la portion de "deux fois-deux voies".

    Que le "tourne-à-gauche" vers la place du Foirail (feux Sud-Est) est très difficile sur ce tronçon de voirie à fort trafic dans le sens Ouest-Est.

    Nous proposons la mise en place d'une bande cyclable, qui devrait idéalement se prolonger tout au long de la rue du 4 septembre dans le sens Ouest-Est, ce dispositif étant complété par un sas vélo au feu de la place du Foirail, et prolongé par une bande cyclable sur la partie Est de la place du Foirail (rue J.Pellet) jusqu'au Marcadieu et la partie Nord (rue Arago) jusqu'au parc à vélos. Il reste cependant à préciser les voies de sortie de ce parc à vélos par la rue du Foirail : c'est même une priorité compte tenu du calendrier des travaux. Ce pourrait être une limitation de vitesse à 20 km/h pour tout véhicule rue du Foirail, voire une zone de rencontre avec priorité aux piétons et aux vélos. Ce qui dynamiserait les commerces riverains."

     

    Nous attirons également votre attention sur les stationnements illicites les jours de marché sur les emplacements prévus à la replantation de platanes rue du Foirail.

     

    Dans l'attente de réponses favorables, soyez assurés de notre bonne volonté cyclomotivée.

     

    Pour le Conseil d'Administration.

     

    La présidente :

     

    Agnès de Tienda.


    votre commentaire
  • Notre balade du 21 octobre a réuni, malgré la pluie menaçante, puis effective en fin de balade, 16 participant.e.s.

     

    Nous en avons profité pour faire le point sur l'action du CA :

     -Contacts avec la mairie de Tarbes : les services travaillent sur nos proposition de début septembre et nous serons invités à une réunion dès qu'ils seront au point. Nous y ajouterons sans doute des propositions liées aux constats faits ce jour sur la tracé de la V81 (fixation au sol du panneau d'entrée de la piste cyclable sur le campus universitaire avenue d'Azereix, que nous avons dû remettre debout : elle était à terre), aménagement cyclable du bout de l'avenue vers le lycée Lautréamont, en particulier le pont sur l'Echez...)

     

    -Partenariat avec MAIF-Prévention et la police municipale : L'opération "Cyclistes brillez !" rebaptisée par MAIF Prévention "Réfléchissez-vous !" sera menée en commun sur deux semaines du 20 novembre au 1er décembre sur les lycées-collèges et le centre-ville de Tarbes.

     

    -Partenariat avec l'AV3F Midi-Pyrénées et Osez le vélo-Bagnères : une première réunion de travail est programmée le 25 novembre après-midi.

     

    Nous rappelons à tous.tes les cyclomotivé.e.s tarbais.e.s les réunions de quartier du maire pour y faire entendre la voix des cyclistes :

     

    POUR LE QUARTIER NORD

    • Laubadère / St Antoine : le 31 octobre 2017 à 19h à la Maison de Quartier de Laubadère, Bd Saint Exupéry.

    • Urac / Sendère : le 21 novembre 2017 à 19h à l'école de la Sendère, rue Marcel Lamarque.

    POUR LE QUARTIER OUEST

    • Gespe - Courteboule : le 7 novembre 2017 à 19h au Centre Culturel de la Gespe, 23 rue Cézanne. 

    • Solazur : le 28 novembre 2017 à 19h à la Salle Hexagone. 

    POUR LE QUARTIER CENTRE 

    • Centre : le 24 octobre 2017 à 19h à la Salle des Fêtes de l'Hôtel de ville, place Jean Jaurès. 

    • Pradeau / Gare / Rue G. Lassalle / Ste Anne / Henri IV le 5 décembre 2017 à 19h au Club Le Temps de Vivre, 22 rue des Cultivateurs. 

    POUR LE QUARTIER EST

    • Foirail / Mouysset / Clauzier : le 17 octobre 2017 à 19h à la Maison des Associations Quai de l'Adour.

    • Bel-Air / Ormeau / Figarol : le 14 novembre 2017 à 19h au Gymnase Figarol, rue Tristan Derême.

    • Marcadieu / Martinet / Marne / Vignemale / Castors : le 12 décembre 2017 à 19h à la Bourse du Travail, 5 bd du Martinet.

     


    votre commentaire
  • Le vélo et la ville : c'est la lutte cyclableA la Une de Libération ce week-end (2-3 septembre 2017). Avec notamment un article sur les aménagements prévus à Paris.

    Édito :

    Il faut avoir une mauvaise foi en béton pour continuer de prétendre que la ville doit s’adapter à l’automobile. Quelques auteurs sortis du précambrien continuent de plaider en ce sens, surtout préoccupés de mener une louche opération de démolition de la maire de Paris, Anne Hidalgo. Pollution, accidents, incivilités quotidiennes, nuisance sonore : l’invasion motorisée des villes d’Europe, sans doute inévitable dans les années 50 et 60, quand l’automobile fut un instrument de liberté, a produit tous ses effets. L’expérience est faite : la multiplication des voies rapides, des radiales et autres autoroutes urbaines le long des fleuves débouche… sur une impasse. Il est temps que la conclusion parvienne au cerveau de ces dinosaures : la ville n’est pas faite pour l’automobile. Les politiques «multimodales», qui consistent à diversifier intelligemment et rapidement les offres de transport, individuel ou collectif - parmi lesquelles le vélo mérite une voie royale - doivent être vigoureusement encouragées.

     

    Vient alors l’argument qui tue (moins que l’automobile, fort heureusement) : vous oubliez ceux qui n’ont pas le choix et doivent, de toute manière, se servir d’une voiture ! Nouvelle sensationnelle : ce ne sont pas eux qui sont visés dans les politiques d’aménagement. Non, les bobos, qu’on suppose à l’origine des politiques favorables à la bicyclette, n’ont pas pour but de martyriser les prolos, faux argument social brandi par les croisés du lobby de la bagnole. Mais bien plus de dissuader progressivement ces automobilistes - une majorité - qui prennent leur voiture pour faire moins de deux ou trois kilomètres. Une fois ceux-là convertis à des modes de transport plus rationnels, la circulation redeviendra fluide pour «ceux qui ne peuvent pas faire autrement». Alors, dans les centres urbains, l’urbanité reprendra les droits qu’elle n’aurait jamais dû perdre.

    Laurent Joffrin Photo Cyril Zannettacci

     

     

     

     


    votre commentaire
  • C'est le titre d'un article paru aujourd'hui dans la presse locale et consacré à l'enquête de cyclabilité menée du 11 mai au 11 juin par notre association.

    Tarbes et le vélo : peut mieux faire

     

    Le collectif Cyclomotivé-tarbavélo a réalisé une enquête de satisfaction auprès des usagers de la bicyclette. Il reste du chemin à faire, mais à force de pédaler…

    Les membres du collectif Cyclomotivé-tarbavélo, qui milite pour l'usage du vélo dans la ville, ne sont pas amers, même si le résultat de l'enquête qu'ils ont menée sur la «cyclabilité» de la ville de Tarbes n'est pas si positif que ça… «Nous avons mené cette enquête auprès de 225 usagers dont les trois quarts ne font pas partie de notre association», précisent-ils, pour montrer que la méthodologie est sérieuse «et notre objectif premier n'était pas de pointer ce qui ne va pas, mais de faire une évaluation, une base de réflexion». Reste tout de même que sur l'ensemble des questions posées, la moyenne globale ressort à 2,5 points sur 6. Et deux points en particulier reçoivent une mauvaise note, sans surprise : le manque de pistes cyclables et le fait que l'on ne peut pas prendre, à vélo, toutes les rues à double sens. Pour autant, dans le positif, il est noté qu'il est agréable de pédaler dans la ville, que la cohabitation entre piétons et cyclistes se passe bien et que le centre-ville et ses commerces sont facilement accessibles. Bref, tout n'est pas noir. «Au contraire, et beaucoup de nos sondés notent que des efforts ont été faits en faveur du vélo ces derniers temps.» Par exemple les tourne-à-droite cyclistes, plutôt appréciés des cyclistes mais pas toujours compris, notamment par certains automobilistes. «Il faudrait une véritable campagne de communication pour expliquer leur fonctionnement.» C'est d'ailleurs une des priorités qui ressort du questionnaire ouvert, en même temps que l'aménagement de bandes ou de pistes cyclables, et aussi du stationnement pour les vélos en centre-ville, avec des anneaux pour les attacher.

    «Au final, cette enquête n'a pas prétention à détenir la vérité mais à servir de base. Nous l'avons présentée à la mairie de Tarbes et nous souhaitons que ce baromètre soit repris par la ville et qu'une autre enquête, plus exhaustive, soit réalisée par la municipalité. Parce que la solution, ce serait de repenser le schéma global de circulation de la ville, voire de l'agglo, la place relative du vélo et de la voiture, le stationnement. Parce que ce qui ressort aussi de l'enquête, c'est que se déplacer à vélo, c'est écologique, c'est bon pour la santé, c'est économique, et en prime, c'est rapide !» Que des bons points, donc…

    Christian Vignes


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique